Menu de navigation

Jean Hélion

Peintre et graveur français de 1904 à 1987
Jean Hélion en noir et blanc

Au printemps 2024 le Musée d’Art Moderne de Paris présentera une importante rétrospective de Jean Hélion. Depuis 2016, nous nous étions engagés résolument à défendre cette œuvre importante mais encore mal comprise. Nous avons ces dernières années organisé deux expositions individuelles, édité un catalogue (texte de Henry-Claude Cousseau), écrit de nombreuses chroniques sur son œuvre.

JEAN HÉLION & LA GALERIE

Les peintures et dessins que nous avons sélectionnés, en particulier auprès de sa dernière épouse, Jacqueline, des enfants et petits-enfants de ses précédents mariages, des enfants aussi de quelques collectionneurs très proches de l’artiste, permettent de mieux comprendre la cohérence de l’ensemble de son parcours, de reconstituer les chaînons des périodes les moins comprises, après 1950.

Notre époque a besoin d’Hélion. À travers des sujets simples, modestes, souvent peu flatteurs, Jean Hélion fait aimer la vie, les petites choses que nous voyons, l’Autre, passants, égoutiers, pêcheurs, bouchers, marginaux, dont il anoblit les gestes et les attitudes, souligne le recueillement, les rapports qu’ils entretiennent entre eux et leur environnement.


L’œuvre de Jean Hélion donne du sens et de la chair au « vivre ensemble » sur le lieu où nous sommes. Elle incite à mieux regarder autour de nous, les scènes de rue, la nature, les gens, les choses auxquelles on ne prête guère d’attention et dont Hélion nous fait découvrir la beauté. Il s’adresse autant à nos capacités de rêve qu’à notre capacité d’analyse. Rien de forcé. L’artiste garde un certain recul, souvent teinté d’humour, quelque chose que l’on qualifierait aujourd’hui de « cool ».


Hélion se sentait lui-même très impliqué dans l’histoire de son époque (participation aux avant-gardes dans sa jeunesse, adhésion au Parti communiste puis démission après un voyage en URSS, départ volontaire des États-Unis pour s’engager en 1939, évasion, livre-témoignage pour convaincre les Américains d’entrer en guerre, Mai 68, etc).


Pourquoi malgré la simplicité des sujets, (qui rappellent parfois Jacques Tati), faut-il autant de temps pour comprendre la profondeur de son œuvre ? Jean Hélion est bien, depuis plusieurs décennies, défendu par d’importants historiens de l’art et conservateurs (Abadie, Cousseau, Dagen, Ottinger…).


Mais l’époque n’était pas favorable à la peinture alors qu’il en a exploré toutes les possibilités, abstraites puis figuratives, intégrant ses expériences passées à ses nouvelles recherches.


Les choses changent radicalement depuis le retour de la peinture figurative dans la création contemporaine. Hélion devient la référence. Quelques exemples parmi d’autres : récemment, Olivier Cena l’a mis en évidence dans Télérama, ainsi que les liens entre Hélion et Neo Rauch, né en 1960 à Leipzig, exposé au MO.CO. de Montpellier pour ses compositions énigmatiques et complexes, interrogations sur l’acte de peindre, reprise de certains thèmes.


Un autre artiste allemand, Lüpertz, avait fait découvrir Hélion au musée de Leipzig. Il lui a consacré une partie du discours d’inauguration de sa dernière exposition en France, au musée d’Orléans, et a demandé de rapprocher de ses œuvres un de ses grands triptyques.

EXPOSITIONS INSTITUTIONNELLES DE JEAN HÉLION

1937 Exposition organisée par Marcel Duchamp à la Howard Putzel Gallery, Los Angeles

1937 Le San Francisco Museum of Art expose les œuvres abstraites d’Hélion

1943 Exposition « Hélion. Abstract Paintings », au Arts Club of Chicago

Exposition au San Francisco Museum of Art

1943 « Hélion. Paintings 1933-1939 », Art of this Century, de Peggy Guggenheim, New York, expose les œuvres de Jean Hélion de 1933 à 1939

1945 Musée des Beaux-arts de Baltimore, œuvres récentes

1964 Peintures de 1928 à 1964, Gallery of modern art, New-York

1970 À la demande de Blaise Gautier, Daniel Abadie organise une importante retrospective de Jean Hélion au Grand Palais, Paris: « Cent Tableaux »

Exposition itinérante organisée par le Centre National d’Art Contemporain.

1977 « Hélion, les marchés (1972-1977) » au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris

1978 au musée Ingres de Montauban: l’œuvre figurative de Jean Hélion de 1928 à 1978

1979 Musée de Saint-Etienne, Peintures et dessins de 1928 à 1979. Même exposition à Strasbourg.

1980 Le Centre Pompidou organise une rétrospective de Jean Hélion à Pékin, Shanghai et Nanchang

1984 « Hélion, peintures et dessins 1925-1983 », au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris

1984 Abstraktion und Mythen des Alltags, Städtlische Galerie im Lenbauschaus, München

1986 Hommage à Jean Hélion, œuvres récentes à la fondation Guggenheim, à Venise

1987 La Tate Gallery de Liverpool exposition Hélion

1990 Exposition de Hélion au Centre Julio Gonzalez à Valence, Espagne

1991 « Dation, peintures et dessins », Musée national d’art moderne, Paris

1995 Exposition au Musée des Beaux-Arts d’ Orléans

1995 « Helion, la figure tombée », exposition organisée par Sylvie Ramon au Musée d’Unterlinden, Colmar

1996 Même exposition, « Hélion, la figure tombée », au Musée de l’Abbaye Sainte-Croix, Les Sables-d’Olonne

2004 Importante rétrospective Jean Hélion au Centre Georges Pompidou, Paris. Commissaire de l’exposition : Didier Ottinger.

2005 Rétrospective au Musée Picasso, Barcelone

EXPOSITIONS DE JEAN HÉLION À LA GALERIE

medias
Expositions récentes
BLEU

Œuvres de Boix-Vives, Dado, Hong, Duvillier, d’Orgeix, Fred Deux, Bazaine, Laubiès, Hélion,

Lire la suite