Artistes > InSook Hong

InSook Hong

Corée du sud

Oeuvres

hong_insook
hong_insook
IMG_7096
Trace, 2015, encre de Chine et gouache, 120 x 80 cm
IMG_7094
Trace, 2015, encre de Chine et gouache, 120 x 80 cm
Trace, 2015, gouache et encre de Chine, 80 x 120 cm
Trace, 2015, encre de Chine et gouache, 80 x 120 cm
Trace, 2015, gouache et encre de Chine, 80 x 120 cm
Trace, 2015, encre de Chine et gouache, 80 x 120 cm
IMG_7072
Trace, 2015, encre de Chine et gouache, 65 x 50 cm
IMG_7071
Trace, 2015, encre de Chine et gouache, 50 x 65 cm
IMG_7065
Trace, 2015, encre de Chine et gouache, 50 x 65 cm
IMG_7059
Trace, 2015, encre de Chine et gouache, 65 x 50 cm
Trace, 2016, encre de Chine et gouache sur papier, 50 x 60 cm
IMG_7336
Trace, 2016, encre de Chine et gouache sur papier, 120 x 50 cm
IMG_7333
Trace, 2016, encre de Chine et gouache sur papier, 50 x 65 cm
Trace, 2017, gouache et encre de Chine, 80 x 120 cm
Trace, 2017, gouache et encre de Chine, 80 x 120 cm
Trace, 2017, encre de Chine et gouache, 209 x 141 cm
Trace, 2017, encre de Chine et gouache, 209 x 141 cm
Trace, 2017, gouache et encre de Chine, 80 x 120 cm
Trace, 2017, gouache et encre de Chine, 80 x 120 cm
Trace, 2015, encre de Chine et gouache, 120 x 80 cm
Trace, 2015, encre de Chine et gouache, 120 x 80 cm
hong_insook
IMG_7096
IMG_7094
Trace, 2015, gouache et encre de Chine, 80 x 120 cm
Trace, 2015, gouache et encre de Chine, 80 x 120 cm
IMG_7072
IMG_7071
IMG_7065
IMG_7059
IMG_7336
IMG_7333
Trace, 2017, gouache et encre de Chine, 80 x 120 cm
Trace, 2017, encre de Chine et gouache, 209 x 141 cm
Trace, 2017, gouache et encre de Chine, 80 x 120 cm
Trace, 2015, encre de Chine et gouache, 120 x 80 cm

Expositions(principales)

Personnelles

2017 « La nature, on ne peut que l’accompagner, pas l’asservir », Galerie Alain Margaron, Paris

2008 « Mémoire des lieux », Galerie Alain Margaron, Paris

2009 « Contes de la Lune vague après la pluie », Galerie Alain Margaron, Paris

2011 « Traces », Galerie Alain Margaron, Paris

2014 « Les rizières du temps », Galerie Alain Margaron, Paris

2015 « Pensée-paysage », Galerie Alain Margaron, Paris

Collectives

2007 « Dix positions de l’art en France », Musée de Gütersloh, Allemagne

2010 « Les rizières du temps », Galerie Alain Margaron, Paris

2011 « Un souffle venu d’Asie », Centre d’art contemporain, Abbaye de Beaulieu, Ginals

2015 « Seoul, Paris, Séoul », Musée Cernuschi, Paris

Biographie

1961 Naissance à Asan en Corée du Sud.

1997 Installation en France.

2005 Diplômée des beaux-arts de Versailles.

2006 Réalise des séries de photographies sur la lumière, puis se consacre entièrement à la peinture, après avoir mis au point de sa propre matière picturale : un mélange de gouache et d’encre de Chine suffisamment fluide pour répondre aux moindres sollicitations des mains, sans intervention directe de celles-ci, sur un papier préalablement mouillé avec un vaporisateur d’eau.

2007 Entre à la galerie Alain Margaron.

Bibliographie

– « Les rizières du temps », texte d’Emmanuel Daydé, préface de Christine Shimizu (Alain Margaron Editeur), 2014

– « Contes de la lune vague après la pluie », texte d’Emmanuel Daydé, (Alain Margaron Editeur), 2009

Collections Publiques

Musée Cernuschi

Présentation

Hong InSook, née en Corée en 1962, donne désormais la pleine mesure d’une démarche aléatoire qui donne naissance à des  tableaux souvent d’une précision quasi photographique, où les couleurs riches et « intelligentes » semblent photographier ses souvenirs de paysages montagneux de Corée, son pays d’origine.

Ses paysages fortement abstraits se fondent dans une spiritualité extrême-orientale ; ils naissent selon un processus presque automatique de grattage, de roulage et de manipulations difficilement contrôlables de couleurs qui coulent et se ramifient sur le papier mouillé.

Son œuvre se distingue par des ambiances lumineuses diffuses, la frontière fluide d’un horizon flottant, une allusion au paysage plutôt que sa représentation clairement définie. Il ne s’agit pas ici de faire surgir devant le spectateur une nature aux formes fermement définies, obtenues par imitation, mais de suggérer la nature en gestation, soumise à des modifications constantes dont l’artiste cherche à se rapprocher en douceur, avec d’infinies précautions.

Ses œuvres dilatent radicalement les frontières d’une ancienne tradition picturale sans chercher à les abattre réellement. On perçoit dans son art une interrogation et l’affirmation de sa propre identité, mais aussi  le respect qu’InSook Hong ressent vis-à-vis de la tradition picturale coréenne.