EN FR

Visite virtuelle de l’exposition Bernard Réquichot

 » Le propre de la peinture, et son avantage sur le langage discursif, est qu’elle peut énoncer beaucoup de choses simultanément et voire des choses inverses et qui se marient et interpénètrent; c’est donc en faire mauvais usage que de la réduire à n’énoncer qu’un seul point de vue; elle devient alors un moyen d’illustration et de démonstration qui n’est pas ce qu’on attend d’elle. On attend d’elle qu’elle soit synthétique comme un oeuf et présente les choses et les faits comme le langage discursif ne saurait le faire : en gerbes, en noeuds indémêlables. » *

Jean Dubuffet, lettre à Lawrence Alloway, Vence, 2 septembre 1961.

Cette citation de Dubuffet s’applique particulièrement bien aux œuvres de Bernard Réquichot qui partageait son analyse. Dubuffet connaissait bien son œuvre. Les deux artistes étaient exposés dans la même galerie, celle de Daniel Cordier.

Le Centre Pompidou consacre une nouvelle salle importante du musée à Bernard Réquichot, avec huit œuvres majeures, en compagnie de deux peintures de Dubuffet et d’une peinture de Dado, qui s’appelle précisément « La grande ferme, hommage à Bernard Réquichot. »

* Retrouvez cette citation dans le livre « Bernard Réquichot, Zones sensibles » par Jean-François Chevrier aux éditions Flammarion, page 120.

A.M.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Posts récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *