EN FR

René Laubiès dans Télérama – Juin 2022

René Laubiès, 1953, huile sur papier marouflé sur Isorel, 67 x 50 cm

Disparu en 2006 à Mangalore, ville du sud de l’Inde où il avait choisi de vivre, écrire et travailler, René Laubiès a eu bien des vies. Né à Saïgon en 1924, d’un père français et d’une mère issue d’une famille de mandarins, il devint peintre dès l’après-guerre, participant au débat sur l’abstraction sensible. Représenté par le jeune marchand d’art Yvon Lambert, il traduisit par ailleurs les célèbres Cantos, du poète Ezra Pound. On le retrouve aujourd’hui à la galerie Margaron, sur les chemins d’une Chine à laper de l’œil, avec une longue suite d’œuvres abstraites, lumineuses, gorgées de petits signes à peine esquissés, qui vont des années 1960 à la période précédant sa mort. La grande élégance de ses papiers marouflés sur la toile témoigne de l’art d’un coloriste qu’il faudrait surtout juger par son habileté à poser un mauve lie-de-vin à côté d’oranges cuivrés, à lier des verts opale à des bleus bien pâles, pour dire une forme qui se dissout dans l’éphémère.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Posts récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.