Regard sur Fred Deux

Sans titre, 2012, mine de plomb, encre et peinture dorée sur papier, 65,5 x 40,5 cm

Sans danger, il n’y a rien

Voilà comment, après l’avoir délaissé, on revient vers le dessin au crayon.
Enfermé sans le savoir.
On s’avoue.
On se désavoue.
On fait des erreurs ; on se désavoue encore.
On respire avec un point dans le dos.
Des craquements se font entendre.
Une pierre se détache.
Un rocher tombe.
La montagne ne souffre pas.
Les forêts d’abattent, elles courbent leurs branches maîtresses.
On a fini de les écouter.
J’en arrive dans ces journées à me désavouer.
Arrêtes !

-non-

Fred Deux

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Posts récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *