EN FR

Dado : le secret du dessin

Galerie Alain Margaron
Dado, Sans titre, 1978, encre et aquarelle sur papier, 65 x 50 cm

Les dessins de Dado livrent la vérité sur son œuvre : son analyse impitoyable de la condition humaine, individuelle et collective, contrebalancée par un humour et une insolence qui la rendent supportable. Ils confirment aussi la dimension religieuse de ses créations, mais du côté du diable, des forces du mal.

L’intelligence de sa main fouille, sans fard, avec acuité, les méandres de ses personnages. Des visages d’apparence juvénile effrayent, tantôt victimes, tantôt bourreaux, souvent les deux.

L’artiste a été marqué par les horreurs de l’histoire : les pendus qu’il a découverts en poussant la porte de son école, vers 1940 ; les victimes irradiées d’Hiroshima, vers 1958-60 ; en 2000-2001, les bombardements de l’OTAN sur la Serbie et le Monténégro où il est né.

Au début du XXIème siècle, sans effet esthétique, ses collages de dessins disent l’horreur. Ils nous font vivre en direct la destruction et la mort, beaucoup plus violemment qu’un reportage télévisé. Leur apparence de désordre, en fait savamment organisé dans des constructions millimétrées comme toujours chez Dado, traduisent sans emphase le chaos de la guerre.

Ses dessins lui ont permis de ressourcer sa peinture, en particulier dans l’explosion graphique et musicale de ses grandes œuvres sur « draps » (illustration ci-dessous). S’agit-il alors, d’ailleurs, de peinture ou de dessins ? Les deux se confondent.

D’autres dessins, plus anciens, non sans drôlerie, dénoncent l’envers de la société bourgeoise. Dans « Le journal de famille » de 1969, des personnages aux allures de dames paradent, déglingués sur des échasses, un sexe d’homme pointant de leur robe. Les formes naissent des formes pour créer un univers à la Jérome Bosch. Un bateleur inquiétant vocifère sa propagande.

Parfois aussi, Dado surfe sur le registre ludique des contes de fées, façon notre époque, dans des compositions baroques et cinématographiques animées (cf.illustration ci-dessus). Des monstres surgissent les uns derrière les autres. Les adultes craignent, les enfants adorent.
A .M.

Dado, Sans titre, 2002, huile sur drap, 229 x 107 cm

du 17 novembre au 24 décembre.

Exposition actuelle : « Promenade avec Boix-Vives », jusqu’à samedi soir.
La galerie sera fermée jeudi 11 novembre.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Posts récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *