EN FR

Regard sur Anselme Boix-Vives

Anselme Boix-Vives, « Religieux lunaire », 1965, Ripolin sur carton, 54 x 40 cm

Sur un fond coloré composé de plantes grimpantes, un personnage fait face au spectateur et le regarde droit dans les yeux.

Etrange petit être, son visage est ridé, son sourire est accentué et dévoile une dentition proéminente. Il a de grands yeux ronds et globuleux dont la couleur rouge produit un effet surnaturel. Pas de recherche de vraisemblance donc, mais plutôt d’un ressenti. Il porte une toge blanche ornée de bleu. Son col en voile épouse la forme triangulaire de son médaillon. Ses mains sont mises en valeur. Rouges, elles sont particulièrement visibles sur le fond blanc de sa tunique. Ses longs doigts se terminent en sphères et confèrent à l’ensemble un aspect végétal. Ils font écho à la flore abondante qui précède le personnage. Le rythme de la composition, tout en verticalité, dynamise le champ visuel malgré le statisme apparent du personnage.

Il est coiffé d’une auréole particulièrement lumineuse. L’artiste a opéré une superposition très délicate, tout en transparence, de bleu et de jaune pâles, qui produit un effet flamboyant.

Ce personnage paraît petit par ses proportions mais grand par la place qu’il occupe dans l’oeuvre. Figure hiératique, il touche presque les deux extrémités du tableau en hauteur. Il est ancré dans son environnement, se mêle aux plantes et entre en symbiose avec la nature. Il paraît calme, serein. Une grande douceur en émane et ce, malgré les couleurs très vives choisies par l’artiste. Ce « religieux lunaire » est d’une grande poésie.

Anselme Boix-Vives nous plonge dans une forme d’utopie. L’oeuvre n’est pas narrative, elle s’inscrit davantage dans le symbole et la métaphore. Le titre oriente notre lecture. Ce « religieux » porte en effet des attributs de l’ordre du sacré : la croix qui orne son cou, son auréole qui lui confère un statut de saint. L’artiste utilise des emblèmes de l’iconographie chrétienne. Son qualificatif de « lunaire » suggère que ce personnage appartient à un autre monde, qu’il a un rapport avec la lune ou du moins avec un lieu imaginaire, très doux, quasi lyrique.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Posts récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *