Bernard Réquichot

" Exposition: A la découverte de Bernard Réquichot "

La galerie Alain Margaron présente trente-cinq oeuvres de l'artiste de 1955 à sa mort en 1961. A cette occasion, les éditions Flammarion publient une importante monographie par Jean-François Chevrier, présentée à la galerie.

Galerie Alain Margaron, Paris

Du 18 avril 2019 au 27 juillet 2019

«Papiers choisis», «reliquaires», «dessins de spirales», «traces graphiques», peintures sans concessions... l’oeuvre de Bernard Réquichot (1929-1961) explose et dessine une trajectoire singulière entre l’art informel et la poésie concrète, le Nouveau Réalisme et le Pop Art. Cette oeuvre est encore incomprise non seulement parce qu’elle a été très peu montrée mais aussi parce qu’elle échappe à tout classement. De 1954, quand une voie personnelle se dégage de ses recherches, à son suicide en décembre 1961, à l’avant veille de sa deuxième exposition dans la galerie Daniel Cordier, il ne cessa d’expérimenter. Il fut l’un des protagonistes du renouveau du collage. Privilégiant explicitement l’étude du «monde intérieur», il lia hallucination et énigme dans une imagerie aux tonalités contrastées, grinçante, pleine d’humour, allusive et hybride, biomorphique et fantastique.


Les éditions Flammarion publient une importante monographie (172 pages, 150 oeuvres reproduites, texte de Jean-François Chevrier) consacrée à Bernard Réquichot qui reste un artiste rare et encore très mal connu, malgré sa présence dans les collections du Centre Pompidou et un catalogue raisonné présenté par Roland Barthes et Alfred Pacquement.


«Pour Réquichot, une trouvaille, un procédé plastique était surtout une méthode pratique pour repousser les limites de l’identité et du monde extérieur.» (J-F. Chevrier)