EN FR

Édith Dufaux, œuvres récentes

Édith Dufaux, Sans titre, 2022, acrylique et pastel à l'huile sur papier, 190 x 89 cm

Nous exposons à la galerie, côté rue, du 19 avril au 29 mai 2022 huit grands monotypes qu’Édith Dufaux a réalisé depuis sa dernière exposition, en 2019. Leur taille et leur verticalité leur donne une dimension humaine. Ils évoquent autant des autoportraits psychiques que des fragments de nature, des mosaïques d’écorces et des pierres morcelées, une végétation pariétale, du lichen, quelques couleurs sourdes de feuilles mortes, des traînées de rouille, une longue cicatrice sur un tronc… J’y retrouve des souvenirs de promenades sur les flans boisés de montages.

Cette tension entre microcosme psychique et macrocosme de la nature me semble en résonance avec la voie ouverte par Bernard Réquichot dans les années 50. Au plus près de son vécu, Édith Dufaux ne cède pas aux complaisances trop directes d’un expressionnisme thérapeutique qui laisserait peu de liberté d’interprétation.

Elle transpose son univers intérieur dans le tempo lent du minéral, du bois, de la végétation qui échappe au rythme des saisons. Le temps est suspendu, mais avec des échelles de corde pour franchir la verticalité de fragments de parois dont on ne voit pas les limites. L’œuvre convie à rassembler son corps, à mobiliser son énergie pour entreprendre un alpinisme mental contre le risque d’enlisement dans son passé. Ce pourrait être aussi contre la lassitude des jours qui se répètent quand on ne prend sa vie en main.

Les œuvres de Dufaux ne s’adressent pas qu’au regard. On sent l’odeur des sous-bois, on touche la rugosité des écorces ou des roches craquelées, on entend le craquement des pierres, ce qui donne davantage prise à ce qu’elles nous montrent.

A.M

Édith Dufaux, sans titre, 2022, acrylique et pastel à l'huile sur papier, 190 x 89 cm
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.