Lettre d'Alain Margaron > Lettre d’Alain, novembre 2018

Lettre d’Alain, novembre 2018

Notre exposition de Hélion vient de se terminer. Elle a suscité un grand intérêt aussi bien du public, des collectionneurs, des institutions, que de nombreux artistes, en France comme à l’étranger. Les dernières décennies de son œuvre, pleines de vie et de liberté ont marqué les générations suivantes. Elles ont été particulièrement remarquées.

Après de très belles expositions, en particulier au Centre Pompidou, au Musée d’art moderne de la ville de Paris, à la Lembachhaus de Munich, le temps semble enfin venu d’une vraie reconnaissance de l’ensemble de l’œuvre  Jean Hélion qui n’a cessé de s’enrichir d’une décennie à l’autre.

Nous exposons maintenant, du 15 novembre au 22 décembre, une cinquantaine d’œuvres de Boix-Vives, Cojan, Dado, Fred Deux, Édith Dufaux, Clara Fierfort, Godeg, Robert Groborne,  Jean Hélion, InSook Hong, René Laubiès,  François Lunven, Michel Macréau, Bernard Réquichot pour marquer les 25 ans de la galerie, 25 ans de passion.

Nous ne voulons pas faire de cet anniversaire un évènement mais simplement rassembler une cinquantaine de peintures et dessins qui ont marqué notre histoire pour affirmer les nombreuses satisfactions que nous apporte la galerie, du plaisir des découvertes et de leur partage à la mise en œuvre de la reconnaissance des artistes et aux nombreux rapports d’amitiés que nous entretenons avec eux,  avec les collectionneurs, critiques d’art et conservateurs.

Nous nous sommes installés au 5 rue du Perche en 1993, agrandis depuis à la même adresse, avec comme principe d’acheter les œuvres aux artistes ou à leurs ayant-droit avant de les montrer.

Nous ne souhaitons jamais acquérir l’ensemble des œuvres d’un artiste mais procédons toujours à une sélection rigoureuse suivant nos critères. Dans l’ensemble (je compte peu de déceptions), nous sommes restés fidèles à nos artistes.

Nous choisissons les artistes non seulement pour leur place potentielle dans l’histoire de l’art mais en fonction de ce qu’ils peuvent apporter à ceux qui les regardent, en terme principalement de connaissance de soi, d’ancrage dans le réel et de plaisir au quotidien.  Nous n’avons jamais tenu compte des tendances du moment dans nos choix, ce qu’une présence assidue dans les foires ne permettrait peut-être pas.

Macréau, Boix-Vives, Dado, Lunven sont à la galerie depuis 1993-94 ;  Laubiès, Fred Deux depuis 1999-2000 ; nous montrions depuis le début quelques œuvres de Hélion et Réquichot, nous les représentons désormais grâce aux œuvres acquises auprès de la famille pour le premier, de Daniel Cordier pour le second. Et nous continuons à soutenir des artistes plus jeunes, en particulier Clara Fierfort, Hong InSook et Edith Dufaux.

Tournés naturellement vers les institutions et une collaboration avec d’autres galeries, nous avons aussi développé une politique d’édition (Alain Margaron Editeurs, une vingtaine de titres diffusés également en librairie), parfois en collaboration (Centre Pompidou, musée d’Issoudun, de Bochum, Flammarion…).

Actuellement nous participons à la préparation d’un livre sur Réquichot (éd. Flammarion, texte et iconographie de Jean-François Chevrier) et d’un second livre sur Jean Hélion.

A.M.